Versailles Intime | L’Opéra Royal

Si les machines à voyager dans le temps grâce auxquelles les écrivains nous ont tant fait rêver quand nous étions enfants n’ont toujours pas vu le jour, une visite au Château de Versailles saura, à coup sûr, vous faire remonter le fil des siècles pareillement.

Ma dernière visite à Versailles, en compagnie de la toujours sémillante troupe de blogueurs de Versailles Intime, m’a permis de découvrir les coulisses de l’Opéra royal. Guidés par un Jean-Paul Gousset aussi drôle que spirituel, nous avons découvert tant l’Histoire que les petits secrets du magnifique édifice, commandé par Louis XIV en 1682 mais inauguré seulement à la fin du règne de Louis XV, à l’occasion du mariage de son Dauphin, le futur roi Louis XVI, avec la célèbre Marie-Antoinette en 1770.

Rénové entièrement il y a quelques années, l’Opéra royal accueille depuis 2009 de nombreuses représentations (tragédies lyriques, pièces de théâtre, ballets, etc.), une petite révolution en soi sachant que sous Louis XV et XVI seule une vingtaine de soirées y furent organisées, en raison des frais exorbitants que cela engendrait. Considéré comme l’un des plus beaux théâtres de cour, cet Opéra étonne nos esprits contemporains de par sa construction tout en bois. Je n’ose imaginer les trésors d’ingéniosité dont ont dû faire preuve les équipes techniques actuelles pour mettre les installations aux normes de sécurité…

La visite débute par une longue ascension jusqu’au sommet de l’Opéra où nous découvrons une colossale charpente. Les poutres se croisent et s’enchevêtrent pour constituer l’ossature du bâtiment. Quelques volées de marches plus bas, nous poussons une porte qui nous mène aux loges les plus hautes perchées de la salle. Surplombant les quelques 660 places que cette dernière compte, nous scrutons silencieusement les magnifiques colonnades, les lustres étincelants et le plafond si richement peint et cisélé. A mesure que Jean-Paul Gousset relate les évènements ayant rythmé la vie de cet Opéra, des images de bals, de cérémonies et de festins se bousculent dans nos têtes. Le décor évocateur invite à la rêverie. Et puis nous commençons à descendre, nous traversons la loge du Roi dont le grillage assurait un anonymat et une tranquillité tout relatifs, avant d’arriver au niveau de l’orchestre. D’en haut comme d’en bas, la majesté du lieu et le talent des ornemanistes l’ayant habillé impose le respect.

Notre parcours nous mène ensuite sur la scène-même de l’Opéra. Je commence à comprendre l’ivresse qu’un artiste peut ressentir en se produisant dans un tel cadre. Plus habituée à me placer du côté des spectateurs, j’ai véritablement à ce moment précis l’impression de passer de l’autre côté du miroir. Gousset nous annonce alors que sous nos pieds siègent cinq niveaux de dessous de scène; cinq étages de poulies, de poids et de mécanismes parmi les plus ingénieux de l’époque et qui constituent la partie la plus fascinante de l’Opéra royal. Intrigués, nous descendons à sa suite le long d’un petit escalier en colimaçon qui nous emporte dans le ventre de la baleine… A nouveau, des centaines de planches et de poutres de bois. A nouveau, l’imagination qui vagabonde. J’imagine les techniciens chargés de faire apparaître ou disparaître les décors et les panneaux peints pouvant atteindre jusqu’à 10 mètre de hauteur. Je les vois s’activer dans le noir, prenant garde à ne pas se prendre les pieds dans les nombreuses cordes et parcourant les allées étroites jonchées de matériel. Pour nous, qui franchissons ces mêmes embûches, la visite prend des airs de parcours du combattant. Ces coulisses réservent décidément de drôles de surprises… à l’image du château de Versailles qui, finalement, ne cessera jamais d’émerveiller.

+

N’oubliez pas que vous pouvez vous aussi  découvrir les décors somptueux de l’Opéra à la faveur d’une visite guidée, réservable sur le site du château à cette adresse.

+

L’histoire de l’Opéra Royal : http://www.chateauversaillesspectacles.fr/info_prat.php?inftype=6

http://www.chateauversailles.fr/

http://www.buzzeum.com/

Photos © Fanny G. / roughdreams.fr – Vincent G. / Viinz.com

Une fois de plus, un grand merci à Diane et à toute l’équipe marketing/nouveaux médias du Château pour l’accueil !

One Comment on “Versailles Intime | L’Opéra Royal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>