Tim Burton, l’exposition

A moins que vous habitiez dans une grotte, il est probable que vous ayez entendu parler de l’arrivée à Paris de l’exposition Tim Burton, conçue en 2009 par le MoMA de New York et accueillie aujourd’hui par la Cinémathèque française, pour ce qui s’annonce être sa seule itinérance européenne. 

Cette magnifique rétrospective donne l’occasion de se replonger dans la fantastique filmographie du réalisateur, mais aussi de découvrir certaines facettes moins connues de sa création : des esquisses préparatoires et dessins, des photographies, des figurines ou objets, qui constituent son univers artistique au sens large.

Les supports de créations sont autant multiples que l’exposition est foisonnante. Il y a beaucoup, beaucoup de jolies choses à découvrir : de touchantes oeuvres de jeunesse réalisées dans les années 1970, un Burtonarium où les grandes catégories de personnages constitutifs de l’imaginaire de notre homme rivalisent de drôlerie, un carrousel phosphorescent qui tourne sur une ritournelle de Danny Elfmann, le petit pull en angora d’Ed Wood, l’épouvantail de Sleepy Hollow, les animatronics de Charlie et la chocolaterie, les figurines éclopées de La Triste Fin du Petit Enfant Huitre ou encore celles des nombreux films d’animation du cinéaste…

La richesse et l’originalité de cet univers aux frontières du gothique et du surréalisme pop s’imposent au visiteur. Tim Burton nous apparaît comme un homme libre et sincère, profondément habité par son art, qu’il décline compulsivement jusque sur de petites serviettes en papier trouvées ça et là dans les hôtels ou les restaurants qu’il traverse. Difficile de ne pas se laisser happer tout entier par la poésie de Burton, et par sa fantaisie. Il est l’homme qui nous fait aimer les monstres et les renégats, le seul qui sache sortir du sommeil l’enfant qui dort en chacun de nous. Nous ne sommes plus vraiment à la Cinémathèque en parcourant les allées de cette exposition, mais sur une drôle de planète rayée de noir et de blanc et peuplée de gens fondamentalement bizarres mais aussi définitivement joyeux et attachants. En deux mots : magique et immanquable !

+

+

Tim Burton, l’exposition
du 7 mars au 5 août 2012

La Cinémathèque française
51 rue de Bercy – 75012 Paris

+

Retrouvez toutes les informations liées à l’exposition mais aussi à ses événements annexes et au cycle de projection des films de Tim Burton sur :

http://www.cinematheque.fr/

Photos : Fanny G. & Javel / roughdreams.fr

© 2011 Tim Burton / Courtesy of  La Cinémathèque française

3 Comments on “Tim Burton, l’exposition

  1. Pingback: Exposition Tim Burton à La Cinémathèque française • News artistiques • La Lune Mauve

  2. Pingback: Exposition Tim Burton à La Cinémathèque française • Expositions • La Lune Mauve

  3. Pingback: The Art of Frankenweenie, l’exposition : Rough Dreams

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *