Portrait | Hologram

Hologram_byJuliaJavel_01

Cet été, nous vous présentions le duo Hologram, composé de Maxime Sokolinski et Clara Luciani, comme notre coup de cœur musical du moment (lire). Nous avons décidé d’en savoir un peu plus sur ces deux jeunes talents et leur avons donné rendez-vous dans notre fief montmartrois pour une séance photo et un court entretien.Si l’avenir semble tout tracé pour Hologram, l’accomplissement de leurs rêves tient pourtant encore à une signature avec un label digne de ce nom. Souhaitons leur de trouver rapidement chaussure à leur pied…

FG : Pouvez-nous nous parler de votre parcours  dans la musique ?

Clara Luciani : J’habitais à Aix-en-Provence et j’ai décidé de monter à Paris il y a 2 ans pour faire de la musique. J’ai eu la chance de rencontrer le groupe La Femme et de commencer à chanter avec eux. J’ai fait pas mal de featurings avec plein de petits groupes mais j’avais envie de voler de mes propres ailes. Ensuite, j’ai rencontré Maxime et on a commencé ce projet.

Maxime Sokolinski : J’ai habité à Los Angeles pendant 2 ans, je jouais de la guitare et de la basse pour des groupes. Je tournais aussi avec ma sœur, qui s’appelle Soko. On a commencé à vivre un peu plus sur Paris avec ma sœur parce qu’on tournait pas mal en Europe, puis j’ai rencontré Clara et nous avons décidé de faire de la musique ensemble.

Quand et comment avez-vous décidé de fonder ce groupe ?

Maxime : La décision de créer un groupe n’est pas arrivée de suite mais dès le premier soir où nous avons commencé à faire de la musique tous les deux, nous avons écrit la chanson I’ve Got Eyes. Ça nous restait tellement en tête, c’était tellement bien, tellement vite que ça nous a donné envie d’en écrire plus et de fil en aiguille les choses se sont faites naturellement.

Racontez-nous quelques anecdotes sur les chansons de l’EP… 

Clara : J’ai commence à écrire Mistakes pour surmonter mon opération des dents de sagesse. J’avais besoin de faire quelque chose qui me fasse oublier à quel point la douleur était horrible, donc je me suis mise à écrire une chanson, que l’on a ensuite terminée avec Maxime.

Maxime : Nous avons écrit I Don’t Know, un autre des morceaux, un soir chez Clara. Nous avions cette petite mélodie au piano et nous avons pensé les paroles comme une sorte de comptine un peu pop-innocente…

Clara : On avait envie de quelque chose d’un peu plus jovial !

Maxime : La chanson parle d’incompréhension dans les relations de couple. De jouer au chat et à la souris, de se manipuler l’un et l’autre, tout ça pour se dire à la fin : « Why ? I don’t know » (rires)

Comment écrivez-vous et composez-vous vos morceaux ?

Maxime : Le processus est toujours différent. Parfois, c’est une phrase qui va revenir comme un mantra et autour de laquelle on va construire la musique. Parfois, c’est le riff qui vient en premier et on organise les paroles autour, comme ça a été le cas pour Absolute Zero par exemple.

Clara : Il n’y a pas de répartition des tâches,  nous sommes vraiment complémentaires. Soit on part de rien et on construit tout ensemble, soit l’un va apporter un petit morceau de l’édifice, parole ou musique, et on complète ensemble.

On trouve une ambiance assez nostalgique, quasi mystique, dans vos chansons. Êtes-vous plutôt guidés par votre imagination ou bien vous arrive t-il aussi de vous inspirer de vos propres expériences ?

Maxime : Nos influences sont soit clairement du passé, soit clairement du futur. On aime bien cheminer entre ces deux univers, ou bien entre le rêve et la réalité. Après tout, les rêves font partie de nous donc un peu partie de notre réalité aussi. Je trouve que c’est beau de passer de l’un à l’autre sans avoir de barrière. Il arrive qu’on s’inspire au départ d’une expérience vécue avant de partir dans une histoire surréelle, ou inversement.

Quelle sont vos principales références musicales ?

Maxime : Pink Floyd, Spiritualized, Mazzy Star, Jesus and Mary Chain… (réfléchit) Suicide et Suede aussi. Les prochains morceaux  vont être un peu plus dans cette veine là.

Et sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Maxime : Nous travaillons sur un single qui va sortir le mois prochain. La chanson est prête et enregistrée mais il faut qu’on la mixe bien et qu’on tourne un clip. Nous travaillons aussi toujours sur d’autres morceaux pour le futur album mais disons que dans l’immédiat, il y a cette chanson-là qu’on veut vraiment sortir.

Votre EP semble être très bien reçu par le public et la critique. Est-ce que ça vous motive pour l’album ou au contraire fait monter la pression ?

Clara : Non pas du tout, nous sommes super heureux ! On pense qu’on ne décevra pas les gens avec l’album parce qu’on a plein de nouvelles chansons qui n’attendent qu’à voir le jour…

Maxime :   Oui, au moment où nous avons sorti l’EP, nous avions déjà 10 ou 15 chansons d’écrites. On en a sélectionné 4 mais ça n’est pas comme si notre production entière se résumait à ces 4 que nous n’avions pas la moindre idée de ce qu’on veut faire après. L’EP pour nous est juste une petite partie d’un ensemble plus grand.

Quelles sont vos envies pour cet album ?

Maxime : Je rêve de beaux sons. Nous avons conçu tout l’EP dans mon salon, j’ai enregistré moi-même et je ne suis pas du tout producteur ou ingénieur du son donc je rêve de pouvoir bosser avec des gens qui se chargeraient de cet aspect-là.

Clara : Nous rêvons juste d’avoir les moyens de faire sonner les chansons comme on a toujours voulu qu’elles sonnent et même si Maxime est très doué pour la production, il y a bien sûr des détails que nous aimerions améliorer.

Maxime : Nous avons envie d’une belle production, de plus de profondeur, plus de définition, plus d’ambiance, de texture. Des choses que nous ne pouvons pas obtenir seuls. Nous travaillons de cette manière pour l’instant par défaut, ça n’est pas l’idéal bien que ça ait l’air de plaire aux gens.

Enfin, y a-t-il un album ou un morceau que vous écoutez en ce moment et vous vous voudriez conseiller à nos lecteurs ?

Maxime : Mazzy Star –  In The Kingdom (écouter), le premier morceau de leur nouvel album…

Clara : Je trouve cet album très mauvais, vraiment décevant par rapport à tout ce qu’ils ont fait avant…

Maxime : Je parle d’un seul morceau, pas de l’album entier ! Je suis d’accord pour dire que l’ensemble est un peu ennuyeux mais le premier titre est un coup de cœur total. Je l’ai écouté une trentaine de fois depuis qu’il est sorti. Je trouve ça magique.

Clara : De mon côté, je trouve que le dernier album de Franz Ferdinand est étonnamment bon (écouter) . Je n’ai jamais écouté ce groupe de ma vie mais là c’est cool, ça me fait me réveiller en ce moment.

Hologram_byJuliaJavel_10

 

Propos recueillis par Fanny Giniès

Photographies : Javel / Roughdreams.fr

+

Achetez l’EP / Buy the EP : iTunes Amazon

http://hologramusic.bandcamp.com/

Hologram sur Twitter & Facebook

One Comment on “Portrait | Hologram

  1. Pingback: Clara Luciani | Démos | Rough Dreams

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *